Le Vade mecum du stagiaire: un outil indispensable pour débuter le stage

La Conférence du jeune barreau a été créée avant tout dans l'intérêt des plus jeunes avocats et, donc, des stagiaires.

Elle édite annuellement un Vade mecum à destination des nouveaux avocats, recueillant une série d'informations essentielles au démarrage du stage. Nous espérons qu'il vous sera d'une aide précieuse et vous permettra de faire vos premiers pas au sein de notre barreau.

Le 21 septembre 2018, la Conférence vous invite en outre à son traditionnel accueil des stagiaires organisé en collaboration avec le Carrefour des stagiaires (voir l'onglet Evènements).

Venez-y nombreux à la rencontre de vos nouveaux confrères! 

Le prix des anciens présidents récompense la meilleure consultation juridique écrite

Le prix des anciens présidents de la Conférence du jeune barreau de Bruxelles récompense chaque année le stagiaire qui aura rédigé la meilleure consultation en la forme et au fond, sur un sujet imposé. Votre consultation (anonyme) doit parvenir sous pli fermé, en deux exemplaires dactylographiés, au Président de la Conférence (Anne-Claire Dombret) soit par envoi ou dépôt au secrétariat de la Conférence, soit par envoi ou dépôt à son cabinet situé au 256 avenue Molière à Uccle, et ce pour le 2 novembre 2018 à 20h au plus tard. Les participants sont tenus de joindre à leur envoi une enveloppe scellée dans laquelle ils indiqueront leur identité et le numéro de téléphone sur lequel ils pourront être joint le soir de la délibération. La tradition veut en effet que le lauréat soit invité à rejoindre le jury, même très tard, après la délibération. L’anonymat des candidats dont la consultation n’aura pas été retenue sera préservé par la destruction des enveloppes contenant leur identité. Le prix sera remis lors de la séance solennelle de rentrée du 18 janvier 2018.

Vous trouverez ci-dessous l’énoncé de la question qui a été rédigé par Me Pierre-Yves Thoumsin, ancien président de la Conférence, que nous remercions chaleureusement.

*  *  *

Dimanche 15 juillet, 15 heures, balcon de l’hôtel de ville de Bruxelles . Sous le regard dépité de l’échevin des sports, Kevin De Bruyne s’empare du micro et lance un vibrant « Je m’en bats les *** ». Ouillouillouille : la phrase est reprise en chœur par les milliers de supporters présents sur la Grand-Place.

Mardi 17 juillet, 17 heures, Laethem-Saint-Martin . Jean-Marouane Hazewée, artiste pop notoire de la périphérie gantoise s’active dans son atelier. Exalté par les prestations footballistiques et folkloriques de notre équipe nationale, il met la dernière main à série de quatre toiles réalisées à la manière d’Andy Warhol. Intitulée « De Gentse Zot », l’œuvre est un hommage au milieu de terrain des Diables natif de la région et à ses interventions truculentes.

En voici la reproduction :

Mercredi 15 août, 11 heures, Durbuy . Un groupe de touristes chinois s’agglutine devant l’échoppe exploitée par la SPRL Jodisque & Jodisque & Partners. En quelques minutes, ils font main basse sur le stock de 50 T-Shirts reproduisant l’œuvre de Jean-Marouane Hazewée qui venaient d’être placés en vitrine :

Alléché par ce succès, le gérant Toby Jodisque passe sans hésiter une nouvelle commande de 500 pièces. Pourquoi s’en priverait-il ? Les t-shirts lui sont vendus à un prix défiant toute concurrence par une petite entreprise de Guangzhou et ils lui seront livrés en un temps record au terminal TNT de Bierset.

Jeudi 23 août, 11 heures, Laethem-Saint-Martin . Sensible à l’engouement suscité par son œuvre et désireux d’assurer à son art une diffusion aussi large que possible, Jean-Marouane Hazewée acquiert le nom de domaine « gentsezot.com ». Il lance sous cette dénomination une plate-forme de vente en ligne permettant l’acquisition de sérigraphies de l’œuvre éponyme ainsi que des t-shirts la reproduisant.  

Jeudi 30 août, 14 heures, La Haye. Sous le bénéfice de la procédure accélérée, l’Office Benelux de la Propriété Intellectuelle accorde à Jean-Marouane Hazewée l’enregistrement de la marque Benelux GENTSE ZOT pour des vêtements en classe 25, pour des services de gestion des affaires commerciale en classe 35 et pour des services de divertissement et activités culturelles en classe 41.

Lundi 3 septembre, 8 heures, léger ralentissement au carrefour Léonard . Votre portable tressaute sur le tableau de bord. L’appel provient d’Axelle Bricola, juriste de la SPRL Brouwerij De Halve Maan. Sa hiérarchie a pris connaissance avec stupéfaction des frasques de Hazewée et Jodisque. « C’est proprement déloyal et d’un goût particulièrement douteux. Nous devons réagir : comme vous le savez nous ne faisons pas dans la dentelle ! », s’égosille Madame Bricola, alors que vous désespérez d’arriver à 9 heures au Palais de justice.

De Halve Maan souhaite interdire rapidement la reproduction de l’œuvre de Jean-Pascal Hazewée, sous quelque forme que ce soit, ainsi que tout usage de la dénomination « Gentse Zot ». A-t-elle des chances de succès et sur quelles bases ? Le cas échéant, quelles procédures pourriez-vous lui conseiller et devant quelles juridictions les introduire ? Une fois extirpé des embouteillages, c’est à ces questions qu’il vous appartiendra de répondre.